La stratégie est morte, vive la stratégie!

Le développement stratégique conditionne la réussite durable de l’entreprise. Ceux qui délaissent cet aspect font preuve de négligence. Le problème : jusqu’à présent, le développement stratégique, comme enseigné dans les manuels scolaires, constitue un exercice complexe, ennuyeux et coûteux pour les entreprises.
De nombreux dossiers sont remplis inutilement d’analyses, des détails sont calculés et des études commanditées, le tout avec pour objectif d’assurer plus de sécurité. Autre cas : on ne fait tout simplement rien, y compris lorsqu’on réussit. Cela aussi, ça apporte une sécurité.

Sécurité – dans une époque d’instabilités ? De nos jours, c’est un peu comme si on cherchait à prédire l’avenir. Mais à l’exception d’Elizabeth Teissier, personne ne prétend sérieusement en être capable. Prédire l’avenir – c’est précisément ce que la stratégie ne fait pas.
L’art du management stratégique, ce n’est pas connaître de quoi demain sera fait, mais c’est y être préparé et, si possible, y contribuer dans une certaine mesure.
Pour concevoir l’avenir, il ne suffit pas d’extrapoler tels quels le passé et le présent en direction de l’avenir, de simplement multiplier chaque année son chiffre d’affaires par un coefficient x. Au contraire, un tel comportement est, à notre époque, extrêmement risqué. Trop souvent, des changements structurels ou des « cygnes noirs »* se produisent dans presque tous les secteurs et entraînent des modifications fondamentales des modèles économiques, des produits et des services, voire des comportements des consommateurs.

Pour pouvoir façonner l’avenir, il faut avant tout des connaissances sur l’était actuel de l’organisation. Oubliez les analyses SWOT. Elles ont peut-être encore leur importance dans les belles présentations Powerpoint, mais elles sont dépassées depuis longtemps car ces pseudo-analyses socialement souhaitables qui se concentrent sur les ratios, voire sont faussées par une vision étroite et partielle, conduisent nécessairement aux mauvaises conclusions et aux mauvaises décisions.
Le seul trésor qui vaille d’être découvert, reconnu et conquis se cache sous la surface, dans ce que l’on appelle la structure profonde d’une organisation. C’est ici que se trouvent le potentiel, la force et les éléments facilitateurs, les ressources nécessaires ; en un mot : l’avenir. C’est cette structure profonde qu’il convient d’analyser.

Cela semble compliqué, presque ebstrait et ésotérique, mais cela ne doit pas nécessairement l’être. sweep va chercher cette structure profonde, la fait remonter à la surface et la rend clairement visible pour tous pour ainsi pouvoir façonner l’avenir. On peut appeler cela du développement stratégique. Mais simple, efficient, rentable et efficace. Et pour les pionniers qui savent que le temps est venu de considérer une nouvelle perspective.

sweep – Pioneers of a new management world.

* Livre recommandé: Nassim Nicholas Taleb, «The Black Swan». Random House Trade Paperbacks, 2010.

2018-07-04T13:53:59+02:00